FAIRE TOMBER LES MURS ET UNIR LES ÂGES

Unir les âges

L’une des stratégies permettant de rompre avec l’âgisme consiste à favoriser les rencontres entre des générations différentes pour qu’elles apprennent à mieux se connaître. Les échanges intergénérationnels nous permettent de prendre conscience de nos points communs, d’observer concrètement la diversité des parcours de vie, au-delà des mythes et des stéréotypes, de nous défaire de nos préjugés et de renforcer notre sentiment d’empathie. 

Grâce à ces moments de partage, les membres d’autres générations constatent que les personnes aînées, même lorsqu’elles ont certaines limitations, contribuent activement aux idées, aux tâches, aux efforts, aux projets, aux objectifs, aux défis, aux réalisations, etc.  En d’autres mots, ces rencontres  nous invitent à voir les capacités avant les limitations.

Des recherches révèlent que le fait de prendre part à des activités axées sur le partage d’expériences et de connaissances, qui nécessitent une forme de coopération entre des personnes issues de générations différentes, nous permet d’entretenir une vision plus réaliste, voire plus positive, du vieillissement.  Les résultats montrent que les plus jeunes finissent par « oublier » les éventuelles limitations physiques des personnes aînées avec lesquelles ils interagissent pour voir plutôt leurs contributions. En nous plaçant sur un même pied d’égalité et en conjuguant nos forces dans la poursuite de buts communs, nous développons notre compréhension et notre respect mutuels. 

Des contacts riches et agréables, répétés sur une base régulière et dans divers contextes, contribuent à créer des liens étroits. Certaines études ont démontré que les interactions en petits groupes ou en dyades favorisent la création de ces liens étroits et sont ainsi efficaces pour contrer les stéréotypes ou les préjugés. La simplicité suffit souvent : imaginons par exemple des discussions en face à face ou des échanges de courriels où nous partageons nos vécus et nos idées sur différents sujets. Il est alors important de créer un climat sécurisant afin de limiter le stress ou l’anxiété découlant de la peur qu’éprouvent certaines personnes aînées à l’idée d’interagir avec d’autres générations. Dans la même veine, pourquoi ne pas nous inscrire à des ateliers de formation ou à des activités culturelles, sportives et récréatives qui réunissent des personnes de tous âges? D’ailleurs, des recherches soulignent que la présence d’une personne facilitant les échanges ou agissant comme figure significative dans l’échange permettait des partages plus riches et productifs. Nous pouvons également nous impliquer au sein de programmes de mentorat des personnes aînées envers les plus jeunes, de programmes de mentorat des plus jeunes envers les personnes aînées et, mieux encore, de programmes de mentorat mutuel, basés sur nos expertises et compétences respectives, qui renforcent la solidarité intergénérationnelle.  À titre d’exemples, des recherches ont révélé l’intérêt suscité par des activités de photographie intergénérationnelles et des cours de langue en ligne réunissant plus d’une génération.Bref, c’est en nous côtoyant davantage que nous nous connaîtrons mieux : nous serons ainsi mieux outillés pour rompre avec les attitudes et comportements âgistes! 

Dans les prochains mois, vous trouverez ici les résultats d’une vaste enquête visant à faire l’inventaire des stratégies pour rompre avec l’âgisme et de leurs impacts. Seront alors présentés les moyens, les cibles, les résultats d’initiatives provenant de partout à travers le monde. 

 éve
Références
Abrams, D., Crisp, R., Marques, S., Fagg, E., Bedford, L., & Provias, D. (2008). Threat inoculation: experienced and imagined intergenerational contact prevents stereotype threat effects on older people’s math performance. Psychology and Aging, (23), 934-939.
Alcock, C. L., Camic, P. M., Barker, C., Haridi, C. et Raven, R. (2011). Intergenerational practice in the community: A focused ethnographic evaluation. Journal of Community & Applied Social Psychology, 21(5), 419‑432. https://doi.org/10.1002/casp.1084
Breck, B. M., Dennis, C. B. et Leedahl, S. N. (2018). Implementing reverse mentoring to address social isolation among older adults. Journal of Gerontological Social Work, 61(5), 513‑525. https://doi.org/10.1080/01634372.2018.1448030
Burnes, D., Sheppard, C., Henderson Jr., C., Wassel, M., Cope, R., Barber, C., & Pillemer, K. (2019). Interventions to Reduce Ageism Against Older Adults: A Systematic Review and Meta-Analysis. American Journal of Public Health, 109 (8), e1-e9
Carcavilla, N., Meilán, J.J.G., Llorente, T.E., Martínez-Nicolás, I., & Tamayo-Mortera, O. (2019). The impact of international videoconferencing among older adults and secondary students. Gerontology & Geriatrics Education, 1-15
Chase, C. A. (2010). An Intergenerational E-mail Pal Project on Attitudes of College Students Toward Older Adults. Educational Gerontology, 37(1), 27‑37. https://doi.org/10.1080/03601270903534804
Chonody M., J. (2015) Addressing Ageism in Students: A Systematic Review of the Pedagogical Intervention Literature. Educational Gerontology, 41(12), 859-887, DOI: 10.1080/03601277.2015.1059139 
Lytle, A., & Levy, S. R. (2019). Reducing ageism: Education about aging and extended contact with older adults. The Gerontologist, 59(3), 580–588. https://doi.org/10.1093/geront/gnx177 
North & Fiske (2012). An Inconvenienced Youth? Ageism and Its Potential Intergenerational Roots.
Organisation mondiale de la santé. (2021). Global report on ageism.
 
Dialoguez sur Facebook